Nous contacter : 04 75 70 99 07 ou contact@psse.fr

La nutrition et le surpoids doivent être prises en considération afin d’accroitre la santé  physique et psychique, et le bien-être du salarié.

Les  entreprises ont bien compris l’intérêt d’un personnel en bonne santé, et heureux au travail.

 

L’obésité et le surpoids sont dus à plusieurs facteurs tels que le déséquilibre énergétique, la génétique ou encore l’insuffisance d’activité physique.

 

La cause fondamentale de l’obésité et du surpoids est un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et dépensées.

 

 

Cela se traduit par une plus grande consommation d’aliments très caloriques riches en graisses et en sucres mais pauvres en vitamines, en minéraux et autres micronutriments.

 

La nature de plus en plus sédentaire de nombreuses formes de travail, le manque d’exercice physique, les modes de transport sont des facteurs aggravants pour la prise de poids.

 

 

Ce déséquilibre est la conséquence de différents facteurs :

 

  • Les facteurs génétiques : 70 % des obèses ont, au moins, un parent dans la même situation.

 

  • Les facteurs alimentaires : un excès d’apport calorique, en particulier issu d’aliments gras et sucrés, par rapport aux besoins de l’organisme, conduit à l’obésité. En outre, les troubles du comportement alimentaire (grignotages, compulsions alimentaires pour certains aliments, boulimie) interviennent également dans la prise de poids.

 

  • Les facteurs psychologiques : en cas de dépression ou de stress, on observe une compensation par la nourriture, notamment par des aliments réconfortants très caloriques.

 

  • Un trouble de la prise alimentaire : des molécules chargées de transmettre des messages dans le cerveau, les neuromédiateurs, sont impliqués dans la régulation de la prise alimentaire. Certains la stimulent, d’autres l’inhibent. Ils sont en partie impliqués dans la survenue des troubles alimentaires.

 

  • L’insuffisance des dépenses énergétiques quotidiennes : l’absence d’exercices physiques quotidiens et une trop importante sédentarité (fixation devant les écrans notamment) conduisent à une réduction des dépenses énergétiques et à un déséquilibre défavorable par rapport aux apports alimentaires.